Les premières lunettes intelligentes de Facebook avec Ray Ban sont arrivées – mais non sans un point d’interrogation sur la confidentialité

Sept ans après le malheureux Google Glass et cinq ans après le lancement de Spectacles par Snap, un autre géant de la technologie s’essaie aux lunettes intelligentes connectées à Internet.

Facebook a lancé jeudi ses premières lunettes intelligentes dans un pas vers son objectif d’offrir de véritables lunettes de réalité augmentée.

Les lunettes, qui ont été créées en partenariat avec le fabricant de Ray-Ban EssilorLuxottica, permettent aux utilisateurs d’écouter de la musique, de prendre des appels ou de capturer des photos et de courtes vidéos et de les partager sur les services de Facebook à l’aide d’une application compagnon.

Facebook a déclaré que la ligne de lunettes, appelée « Ray-Ban Stories », commencerait à 299 $ (253 €). Ils seront disponibles aux États-Unis, au Royaume-Uni, au Canada, en Italie, en Irlande et en Australie.

Cependant, des inquiétudes concernant la confidentialité ont déjà été soulevées à propos du produit, qui dispose de haut-parleurs intégrés et d’un microphone pour passer des appels.

L’aile technologique d’Amnesty International, Amnesty Tech, a déclaré sur Twitter que « Facebook est une société de publicité de surveillance dont l’activité repose sur l’exploitation de nos données et l’atteinte à notre vie privée à grande échelle.

« Maintenant, il s’est associé à Ray-Ban pour vendre des lunettes pour appareil photo. @ray_ban avez-vous réfléchi à cela? »

Il existe également des inquiétudes concernant les personnes prenant des photos non sollicitées d’autres personnes en public à leur insu ou sans leur consentement.

Anticipant les problèmes de confidentialité, Facebook a déclaré que par défaut, les lunettes « collectent les données nécessaires au fonctionnement et au fonctionnement de vos lunettes, comme l’état de votre batterie pour vous alerter lorsque votre batterie est faible, votre adresse e-mail et votre mot de passe pour votre connexion Facebook pour vérifier qu’il est vraiment vous lorsque vous vous connectez à l’application Facebook View. »

Facebook a également déclaré qu’une lumière LED sur les lunettes s’allumerait lorsque l’appareil photo est allumé, pour informer les autres personnes lorsqu’un porteur prend une photo ou une vidéo.

Il a publié un guide décrivant comment utiliser les lunettes de manière responsable, par exemple en les éteignant dans des espaces privés comme les toilettes publiques et en ne les utilisant pas pour des actions illégales comme le harcèlement ou la capture d’informations sensibles, telles que des codes PIN.

Les photos prises par les utilisateurs ne peuvent pas être publiées directement sur Facebook ou sur toute autre plate-forme de médias sociaux. C’est là qu’intervient l’application View séparée.

Convaincre les utilisateurs de médias sociaux qu’ils doivent porter un appareil connecté « toute la journée » sur leur visage peut s’avérer une bataille difficile, même pour Facebook.

Le pivot de Facebook vers la réalité augmentée

Le géant des médias sociaux, qui a déclaré un chiffre d’affaires d’environ 86 milliards de dollars (72,7 milliards d’euros) en 2020, tire l’essentiel de son argent de la publicité mais a beaucoup investi dans la réalité virtuelle et augmentée, en développant du matériel tel que ses casques Oculus VR et en travaillant sur des technologies de bracelet. pour prendre en charge les lunettes de réalité augmentée.

Le scientifique en chef de Facebook a déclaré l’année dernière que la société était dans cinq à dix ans avant de pouvoir mettre sur le marché de « vraies » lunettes AR, qui superposeraient des objets virtuels à la vision du porteur du monde réel.

De grandes entreprises technologiques, dont Amazon.com Inc, Google d’Alphabet Inc, Microsoft Corp, Apple Inc et Snap Inc, se sont précipitées pour développer divers produits de lunettes intelligentes, mais les premières offres comme Google Glass se sont avérées difficiles à vendre aux consommateurs rebutés par les prix et le design élevés. problèmes.

Snap, qui a dévoilé ses smart Spectacles en 2016, a lancé cette année des lunettes AR mais elles ne sont pas à vendre et ne sont proposées qu’aux créateurs AR. Le PDG de Snap, Evan Spiegel, a déclaré en 2019 qu’il s’attendait à ce qu’il faille une décennie avant que les consommateurs n’adoptent largement les lunettes intelligentes AR.

Le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, a récemment annoncé que la société mettait en place une équipe pour travailler sur la construction du métaverse, un environnement virtuel partagé qui, il parie, sera le successeur de l’Internet mobile.

« Nous pensons depuis longtemps que les lunettes vont jouer un rôle important dans la construction de la prochaine plate-forme informatique », a déclaré Zuckerberg dans une vidéo publiée jeudi sur sa page Facebook.

Facebook, qui a été critiqué pour sa gestion des données des utilisateurs, a déclaré qu’il n’accéderait pas aux médias utilisés par ses clients de lunettes intelligentes sans leur consentement.

La société a également déclaré qu’elle n’utiliserait pas le contenu des photos ou des vidéos capturées à l’aide des lunettes et stockées dans l’application Facebook View pour personnaliser les publicités, et a déclaré que les lunettes seraient une « expérience sans publicité ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *