Le propriétaire de Facebook, Meta, doit vendre la plateforme de création de GIF Giphy, selon l’autorité britannique de la concurrence

Le régulateur britannique de la concurrence a demandé au propriétaire de Facebook Meta de vendre la plate-forme de bibliothèque GIF Giphy après avoir découvert que l’acquisition pourrait fausser le marché de la publicité numérique et nuire aux utilisateurs des médias sociaux.

L’Autorité de la concurrence et des marchés (CMA) a déclaré mardi que la décision était conforme aux conclusions provisoires selon lesquelles l’acquisition de Giphy par Facebook en mai de l’année dernière réduirait la concurrence entre les plateformes de médias sociaux et sur le marché de la publicité display en ligne.

Dans un communiqué officiel, la CMA a déclaré que la perte de concurrence dans le secteur était « particulièrement préoccupante étant donné que Facebook contrôle près de la moitié des 7 milliards de livres sterling (8,2 milliards d’euros) du marché de la publicité display au Royaume-Uni ».

Facebook, récemment rebaptisé Meta, a déclaré qu’il pourrait faire appel de la décision de la CMA.

Ce n’est pas la première fois que l’AMC intervient dans une fusion majeure. En février, il a déclaré que l’échange de billets Viagogo devait vendre une partie des activités internationales de Stubhub, car leur fusion réduirait la concurrence au Royaume-Uni.

Facebook a acheté Giphy, un service de création et de partage de GIF animés, pour 400 millions de dollars (352 millions d’euros) en mai 2020 pour l’intégrer à son application de partage de photos, Instagram.

« Le rapprochement entre Facebook et Giphy a déjà éliminé un challenger potentiel sur le marché de la publicité display », a déclaré Stuart McIntosh, président de l’enquête indépendante sur Facebook-Giphy pour l’AMC.

« En obligeant Facebook à vendre Giphy, nous protégeons des millions d’utilisateurs de réseaux sociaux et promouvons la concurrence et l’innovation dans la publicité numérique », a-t-il ajouté.

Facebook a déclaré qu’il n’était pas d’accord avec la décision.

« Nous examinons la décision et envisageons toutes les options, y compris l’appel », a déclaré un porte-parole de Meta dans un communiqué.

La CMA a entamé une enquête sur l’accord en janvier de cette année et l’a renvoyée en avril à une enquête approfondie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *