Le créateur de Fortnite, Epic Games, contestera l’affaire Apple en appel après la décision mitigée du juge

Le fabricant de jeux Fortnite Epic Games a déposé un avis juridique dimanche pour faire appel de la décision d’un juge fédéral dans un procès alléguant qu’Apple gérait un monopole illégal qui étouffe la concurrence.

Il intervient après une décision dans son affaire antitrust contre Apple après qu’un juge fédéral a rendu vendredi une décision mitigée.

Le juge a décidé vendredi qu’Epic Games pouvait diriger les utilisateurs d’iOS vers un site tiers pour effectuer des achats intégrés. Cela vient après qu’Apple ait tenté de forcer l’entreprise à utiliser exclusivement son App Store.

Qu’est-ce que le juge a statué ?

La décision de la juge du district de Californie du Nord, Yvonne Gonzalez Rogers, a déclaré qu’Apple devrait assouplir certaines règles concernant les développeurs. Mais la décision a favorisé Apple à de nombreux égards, notamment en autorisant le fabricant d’iPhone à poursuivre son interdiction des systèmes de paiement tiers intégrés à l’application.

Cela a également permis à Apple de continuer à facturer des commissions de 15 à 30 % pour son propre système de paiement intégré. Epic avait déclaré qu’il poursuivrait son combat juridique.

Ces transactions peuvent inclure tout, des abonnements Netflix ou Spotify à la vente d’articles numériques tels que des chansons, des films ou des tchotchkes virtuels pour les jeux vidéo. Epic a présenté ces frais très lucratifs comme une tactique de hausse des prix qui ne serait pas possible si les magasins concurrents étaient autorisés à proposer des applications iPhone.

Qu’est-ce que la décision changera?

Les analystes ont déclaré que l’impact pourrait dépendre fortement de la manière dont Apple choisit de mettre en œuvre la décision du juge. Les détracteurs et rivaux d’Apple ont déclaré qu’ils étaient plus susceptibles de se tourner vers les législateurs, plutôt que vers les tribunaux, pour poursuivre les changements qu’ils recherchent. Apple et Epic ont refusé de commenter dimanche.

L’avis d’appel d’Epic indiquait qu’il ferait appel du jugement final « et de toutes les ordonnances menant ou produisant ce jugement ».

La décision continue de miner le soi-disant « jardin clos » qu’Apple a construit autour de son joyau de la couronne, l’iPhone, et de sa boutique d’applications, sans le renverser complètement.

La décision a également fourni à Apple une certaine justification. Le juge n’a pas qualifié Apple de monopole ni exigé qu’il autorise les magasins concurrents à proposer des applications pour iPhone, iPad et iPod.

Alors que certaines parties de sa décision soulevaient des questions quant à savoir si les frais d’Apple faisaient augmenter les prix pour les consommateurs, Gonzalez Rogers a laissé la structure tarifaire intacte et a confirmé le droit de l’entreprise d’empêcher d’autres magasins de proposer des applications pour son iPhone. Elle s’est rangée du côté d’Apple sur tous les autres points clés de l’affaire.

Mais le juge a conclu qu’Apple se livrait à une concurrence déloyale en vertu de la loi californienne, ce qui l’a incitée à ordonner à la société d’autoriser les développeurs aux États-Unis à insérer des liens vers d’autres options de paiement que la sienne dans les applications iPhone.

Ce changement permettrait aux développeurs d’applications d’éviter plus facilement de payer les commissions d’Apple, affectant potentiellement des milliards de dollars de revenus par an.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *