De retour avec les interdits : les exilés de Twitter comme Donald Trump sont-ils prêts à revenir sous Elon Musk ?

Loyalistes de QAnon, négationnistes du COVID-19, néonazis et ancien président américain : la liste des bannis de Twitter est longue, mais leur exil pourrait bientôt prendre fin si l’offre de 44 milliards de dollars (41 milliards d’euros) d’Elon Musk pour le plate-forme est approuvée.

Musk, l’homme le plus riche du monde et propriétaire de SpaceX et de Tesla, se qualifie lui-même d' »absolutiste de la liberté d’expression » qui croit en l’autorisation de tout contenu qui ne va pas à l’encontre de la loi.

Bien que Musk n’ait pas donné de détails sur la façon dont il dirigerait la plate-forme, ses réflexions suscitent des célébrations de la part de certains de ceux qui sont muselés par Twitter, alors même qu’ils alarment les experts en sécurité Internet qui prédisent une augmentation du harcèlement, des discours de haine et de la désinformation sur des sujets comme vaccins et élections.

« Il n’y a aucune raison pour que ces gens ne veuillent pas être dans cet espace », a déclaré Jaime Longoria, responsable de la recherche et de la formation à la Disinfo Defence League, une organisation à but non lucratif qui travaille avec des organisations locales pour lutter contre les effets de la désinformation.

« En fin de compte, je pense que la prémisse d’Elon de sauver la place publique va créer une place dans laquelle personne ne veut être ».

De l’ancien président Donald Trump au théoricien du complot Alex Jones en passant par le suprémaciste blanc David Duke, voici un aperçu de qui pourrait revenir sur Twitter si l’offre d’achat de Musk est approuvée.

Donald Trump – Tweeter en chef

Trump a déclaré qu’il ne reviendrait pas sur Twitter même si Musk lève l’interdiction imposée à la suite de l’attaque meurtrière contre le Capitole américain le 6 janvier 2021. La plate-forme a évoqué des inquiétudes quant à une nouvelle incitation à la violence.

Suite à son bannissement, Trump a créé sa propre plateforme, Truth Social, qui a été lancée plus tôt cette année.

« Je ne vais pas sur Twitter. Je vais rester sur Truth », a déclaré Trump à Fox News la semaine dernière.

« J’espère qu’Elon achètera Twitter parce qu’il y apportera des améliorations et c’est un homme bon, mais je vais rester sur Truth ».

Trump a construit l’un des plus grands comptes Twitter au monde avant sa suspension, utilisant son compte pour rabaisser les critiques, répandre des mensonges sur les élections de 2020 et amplifier la désinformation potentiellement dangereuse sur COVID-19.

Malgré ce que l’ancien président a dit, revenir sur Twitter peut être trop tentant pour résister, a déclaré Emerson Brooking, chercheur résident au Digital Forensic Research Lab de l’Atlantic Council.

« Si Donald Trump est le candidat présidentiel du Parti républicain en 2024, il est presque impensable qu’il ne revienne pas sur Twitter dès qu’il en aura l’occasion », a déclaré Brooking.

Deux anciens hauts conseillers de Trump – Steve Bannon et Roger Stone – ont également été interdits par Twitter après avoir violé à plusieurs reprises leurs règles. Bannon a été expulsé pour avoir appelé à la décapitation du Dr Anthony Fauci, le principal spécialiste américain des maladies infectieuses.

Stone, qui a finalement été suspendu pour une série de menaces vulgaires contre des journalistes de CNN, a tenté de créer un nouveau compte Twitter jeudi mais a été rapidement suspendu à nouveau.

D’autres alliés de Trump ont lancé Twitter, notamment Michael Flynn et Sidney Powell, Lin Wood et la députée républicaine Marjorie Taylor Greene, qui a été définitivement interdite en janvier pour avoir diffusé à plusieurs reprises des informations erronées sur le COVID-19 et la sécurité des vaccins.

David Duke et les Proud Boys – le spectre des suprématistes blancs

Le défi le plus délicat pour Musk sera peut-être le contenu qui, bien que légal, prêche la haine basée sur des choses comme la race, le sexe, l’orientation sexuelle ou la religion.

Les suprématistes blancs interdits par Twitter incluent Duke et l’organisation Proud Boys, ainsi que des trolls d’extrême droite comme celui qui s’appelle Baked Alaska, qui a promu des tropes antisémites et fait face à des accusations découlant de son implication dans l’attaque du 6 janvier contre les États-Unis. Capitole.

Les efforts de Twitter pour contrôler les discours de haine ont eu des résultats mitigés. Alors que certains dirigeants extrémistes ont été vaincus, une recherche rapide sur la plateforme révèle de nombreuses insultes et attaques racistes.

Plusieurs suprémacistes blancs reconnus toujours sur Twitter ont célébré la nouvelle de l’intérêt de Musk pour la plate-forme, prédisant que cette propriété signifiera des règles plus souples. « Nous sommes libérés ! on a écrit cette semaine.

« Les extrémistes sont en fête », a tweeté Jonathan Greenblatt, PDG de l’Anti-Defamation League. « Ils pensent qu’il inaugurera une ‘nouvelle ère’ sur Twitter et qu’ils reviendront sur la plateforme. C’est dangereux ».

QAnon – Les théoriciens du complot reviennent ?

Twitter a commencé à sévir contre le contenu QAnon sur sa plate-forme il y a des années et a accéléré le processus après l’attaque du Capitole.

Plus de 150 000 comptes avaient été suspendus l’année dernière, selon la dernière mise à jour de la société.

Les partisans de QAnon défendent une théorie du complot ancrée dans la croyance sans fondement que Trump combattait des soi-disant ennemis de l’État profond et une cabale de cannibales adorateurs de Satan exploitant un réseau de trafic sexuel d’enfants.

La foule qui a pris d’assaut le Capitole comprenait des croyants. Maintenant, certains d’entre eux ont hâte de revenir sur Twitter.

« L’accord Twitter est conclu », a écrit Ron Watkins, un éminent dirigeant de QAnon, sur la plateforme Telegram. Le compte Twitter de Watkins a été dopé l’année dernière. « Les comptes bannis seront restaurés », a-t-il prédit.

D’autres théoriciens du complot ont également ressenti la piqûre de Twitter, mais généralement uniquement lorsque leurs convictions déclarées ont poussé à la haine ou au harcèlement.

David Icke a été expulsé de la plate-forme il y a deux ans pour avoir diffusé de fausses informations sur le COVID-19, y compris des affirmations selon lesquelles les Juifs et les tours 5G étaient à l’origine de la pandémie.

Icke est un éminent défenseur de la croyance qu’une race de lézards a pris le contrôle de la Terre en se faisant passer pour des leaders humains.

Alex Jones, le créateur d’Infowars, a été définitivement banni en 2018 pour comportement abusif.

Jones a récemment perdu une affaire de diffamation déposée par les parents d’enfants tués lors de la fusillade dans une école de Newtown, dans le Connecticut, en 2012, suite aux affirmations répétées de Jones selon lesquelles la fusillade était fausse.

Vingt élèves de première année et six enseignants ont été tués dans le massacre. Infowars demande maintenant la protection contre la faillite.

Heureux en exil ?

Trump n’est peut-être pas le seul utilisateur lancé sur Twitter qui se retrouve heureux dans une nouvelle maison.

D’autres nouvelles plateformes, comme Gab, GETTR et Parler, se sont développées ces dernières années en s’adressant aux utilisateurs conservateurs et d’extrême droite qui n’aiment pas les politiques de modération de Twitter et Facebook.

Les nouveaux sites ont peu ou pas de modération, ce qui signifie que les images nazies, les menaces homophobes et le contenu misogyne peuvent être facilement trouvés aux côtés de conversations sur la politique et la culture américaines.

Après l’offre d’achat de Musk, le PDG de Gab, Andrew Torba, a prédit que le milliardaire aura du mal à réaliser sa vision de Twitter.

Alors que Trump peut s’en tenir à sa propre nouvelle plate-forme pour des raisons de concurrence, d’autres conservateurs peuvent ne pas être immédiatement tentés par les promesses d’absolutisme de la liberté d’expression de Musk. Les employés de Twitter, pour leur part, pourraient se battre, selon Torba.

Le PDG de Parler, George Farmer, a émis une note similaire dans un message aux utilisateurs. « Nous n’allons nulle part », a écrit Farmer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *